Améliorer sa santé en protégeant l’environnement :
une évidence !

bonhomme améliorer santé terre

C’est en cherchant à améliorer notre santé que l’environnement se portera mieux. À force de parler de la planète comme d’une personne à sauver, on en oublie l’essentiel : cet environnement, c’est le nôtre. Celui qui nous permet de vivre en bonne santé. De vivre tout court.

En prenant de mauvaises habitudes, nous donnons le bâton pour nous faire battre puis encaissons son retour. Alimentation industrielle, cigarettes, produits d’entretien et médicaments à gogo… Non seulement cela affecte directement notre santé physique et mentale, mais cela finance aussi des secteurs ultra-polluants. Et devinez qui subit toute cette pollution au final ?

Consulter rapidement dans l’article :

L’alimentation

Les autres achats

L’activité physique

Une meilleure santé = une planète préservée !

vignette améliorer santéPas de bonne santé possible sans environnement sain. Jusque-là, les contradicteurs ne devraient pas affluer. Cela dit, il serait temps de réfléchir en amont. La pollution de l’air, des mers et des sols : rien ne tombe du ciel ! Qu’on le veuille ou non, chacun de nous y contribue, malgré toute bonne volonté.

Pas d’inquiétude pour les adeptes du « ça ne sert à rien de faire des efforts seul, c’est à l’État et aux entreprises d’agir ». Sur Gagnant-Gagnante, on préfère vous motiver grâce à des intérêts personnels plutôt qu’à un éventuel accomplissement collectif qui trouve peu d’échos (malheureusement…). On préfère vous dire que certains gestes individuels améliorent concrètement votre santé, et parce que la vie est bien faite, celle du Monde à petite échelle.

Ainsi, voyons les choses dans le sens inverse : pas d’environnement sain possible sans recherche d’une bonne santé. En mangeant mieux, en repensant nos déplacements et en évitant certains produits, on repousse le rendez-vous chez le médecin. Et vous savez quoi ? La planète en profite aussi ! Un mécanisme vertueux s’enclenche ; de quoi réjouir et inspirer n’importe qui.

Consommer moins industriel, un impératif pour améliorer santé et environnement

Commençons par la définition d’« industrie ». Les origines du mot ne laissaient pas présager tant de maux aujourd’hui.
« Habileté à faire quelque chose », « pratique d’une activité manuelle » ou encore « toute activité productive » : industrie et pollution n’ont pas grandi en sœurs siamoises. Malheureusement, la première a fait sa révolution au XIXème siècle. Les petits ateliers sont devenus d’immenses usines. L’Homme a creusé toujours plus profondément dans les sols, a coupé toujours plus loin dans les forêts, a construit toujours plus hauts dans les airs.

On connaît la suite :

  • Exploitation à outrance des ressources naturelles,
  • Explosion des émissions de gaz à effet de serre,
  • Multiplication des déchets,
  • Déni sur l’incapacité de la Terre à subir cette pression indéfiniment…

Bref, nous voilà dans la situation actuelle. Autant l’accepter et se tourner vers le présent : qu’est-ce qu’on fait pour redresser la barre ? C’est finalement simple. Si aujourd’hui est pire qu’hier, alors faisons comme hier !

Vive l’alimentation brute et locale !

Pour une meilleure santé et une planète en forme, nous devons faire un pas en arrière. Difficile dans une société dont le progrès s’évalue avant tout par la technologie, l’innovation, la nouveauté.

Pourtant, il est temps de revenir aux basiques :

  • Manger brut. Beaucoup de produits industriels contiennent des taux élevés de sucres, sels, graisses, édulcorants, etc. Sans parler des emballages ! En cuisinant vous-même des produits non-transformés, vous vous prévenez d’ingrédients potentiellement dangereux pour votre corps.
  • Manger local. En plus de limiter la pollution du transport, vous profitez d’une nourriture de saison et respectant les normes françaises. Et en achetant régulièrement à un producteur en direct, vous avez accès à une information transparente sur ses méthodes de travail !
  • Manger bio. Cela ne passe pas forcément par des labels, qui peuvent connaître des dérives. Il s’agit simplement de consommer des aliments sans composants chimiques. C’est bon pour vous, c’est bon pour la Terre !
1/2Chiffre révélateur du baromètre 2017 de GreenFlex : près d’1 consommateur sur 2 dit acheter des produits éco-responsables avant tout pour améliorer sa santé. L’environnement ne représente donc pas la motivation n°1. Peu importe ! En adoptant ces comportements, vous empêchez les dérives de l’alimentation industrielle.

Bien sûr, de grandes entreprises tentent de faire bouger les choses (moins de pesticides, moins d’emballages, soutien d’une production locale, etc.). Cependant, leur recherche de croissance demeure problématique pour faire perdurer un modèle responsable sur le long terme.

Nous avons une chance énorme en France : notre agriculture. Quantité, qualité et diversité : profitons-en !

Une santé et un environnement mis à mal par d’autres marchés

L’industrie alimentaire ne constitue pas le seul secteur auquel porter attention. Lessives, désodorisants, antibiotiques… tant d’exemples de produits qui méritent de la prudence à l’utilisation. En supermarché, les articles d’entretien nous ont habitués à des compositions peu saines. Par ailleurs, les ventes de certains médicaments se montrent parfois excessives, Internet ne risquant pas d’inverser la courbe. Et côté fabrication, les couches d’emballages s’accumulent.

Comme pour la cuisine, un retour aux sources s’impose. Objectif : diminuer la consommation industrielle et privilégier le naturel. Ne pas acheter des pilules ou cachets au moindre signe d’anxiété. Jeter un œil à l’étiquette de votre liquide vaisselle ou mieux, fabriquer vous-même quelques produits.

Et les cigarettes, on en parle ? L’industrie du tabac n’améliore ni votre santé, ni celle de notre environnement. Rien de nouveau ici. Surtout, le choix de fumer reste entièrement vôtre. Néanmoins, aucun mégot ne devrait se retrouver dans la rue ou dans la mer. Il serait aussi judicieux d’alerter sur l’impact méconnu de ce business : déforestation, besoin en eau, pollution lors de la transformation, etc.

Enfin, cerise sur le gâteau, on ne rappellera jamais assez qu’une meilleure santé = moins de consultations = moins de médicaments = plus d’économies !

Pour notre bien-être, soyons moins fainéants

marche santé environnementAméliorer sa santé et respecter l’environnement, c’est parfois plus simple qu’il n’y paraît. Un exemple universel : la marche !

Quand c’est possible, troquez votre voiture contre vos baskets. Ainsi, vous renforcerez votre condition physique tout en diminuant votre bilan carbone. L’OMS recommande une demi-heure d’exercice physique modéré par jour ; et même pas besoin d’enchaîner ces 30 minutes !

Par réflexe, beaucoup vont penser aux inconvénients avant les bénéfices :

  • « Quid des longues distances ? »
  • « Et pour transporter les courses ? »
  • « Et quand il pleut ? »
  • « Comment emmener mes enfants ? »

Stop ! Nous avons bien dit « quand c’est possible ». Les situations se prêtent plus ou moins à la marche. À la campagne, peu d’alternatives aux véhicules motorisés. Mais pour une population citadine, l’abandon ponctuel de la voiture est envisageable dans de nombreux cas !

Et pour les trajets plus longs, le vélo reste un moyen de (tran)sport très bénéfique pour notre bien-être. En plus, il représente souvent un gain de temps dans les villes disposant de pistes cyclables.

Si votre santé importe peu, pensez à votre famille et aux générations futures !

Malgré tous les avantages cités ci-dessus, vous n’avez peut-être pas envie de changer. C’est votre droit, même si de nouvelles habitudes pourraient améliorer votre santé. L’environnement ne nous tient pas tous à cœur, acceptons-le.

En revanche, nos enfants et petits-enfants subiront davantage les conséquences de nos actes. Nous ne sommes pas là pour susciter la peur ou la tristesse ; mieux vaut encourager les bonnes pratiques. Rendons-nous fiers de donner aux générations futures un espace de jeu agréable et durable !

Découvrez d’autres avantages à adopter des habitudes écoresponsables :

LinkedIn
Share